LES MILLES ET UNE NUITS


ROMANIl était une fois …. Le sultan de Perse et de Tartarie, Shariar et son fère Shahzenan, roi de la grande Tartarie, sont confrontés  à l’infidélité de leurs épouses respectives.

Shahzenan passe par le fil de son sabre le couple infidèle. Resté au palais alors que Shariar va à la chasse, il est témoin de l’infidélité de la Sultane, ce qui a pour effet de le rasséréner, sans pour autant en avertir son frère.   Shariar apprend néanmoins l’infidélité de son épouse et traite la situation tout aussi vigoureusement que son frère.

Shariar de part sa situation est tenu de se remarier, mais il jure dès lors de prendre chaque jour épouse pour la faire exécuter à l’aube du jour suivant. De monarque aimé du peuple, il est désormais craint. Pourtant, il reste entouré de son fidèle vizir.

Or, le grand vizir est père de deux jeunes filles, Shéhérazade et Dinarzade.

Shéhérazade demande à son père de la présenter au sultan car elle souhaite mettre fin à cette succession de mariages-exécutions de jeunes filles et jeunes femmes. Le vizir cède aux instances de sa fille et y consent le coeur lourd.

Les noces faites, la jeune sultane demande à son époux la permission de faire venir au palais sa jeune soeur. Elle a un stratagème en tête…. En effet, Shéhérazade demande à Dinarzade de la réveiller avant le lever du jour, afin de pouvoir lui conter (mais surtout à Shariar) toute une série d’historiettes pleines de génies, de magiciennes, de belles jeunes femmes et de jeunes gens téméraires. Jour après jour, en posant ses coupes aux bons moments afin de tenir le sultan en haleine, Shéhérazade obtient de sursoir à son exécution…..

ROMAN

  On doit ce recueil de contes d’orient à Antoine Galland qui en fit la traduction et les publia entre 1704 et 1717 ; A l’aube du siècle des lumières, l’œuvre connait  un succès immédiat auprès d’une population d’intellectuels en quête d’exotisme. Ces  apports venus de la tradition persane le lui procure.

Antoine Galland complètera ces contes par des apports personnels comme le conte de Sinbad le marin et Ali-Baba et les 40 Voleurs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s