TRUE GRIT


USA (2011) – réalisé par : Ethan et Joel Cohen – Durée : 1h 50
Avec : Jeff Bridges (Rooster Cogburn), Matt Damon (LaBoeuf), Josh Brolin (Tom Chaney), plus
Genre  : Western


Synopsis : 1870, juste après la guerre de Sécession, sur l’ultime frontière de l’Ouest américain. Seul au monde, Mattie Ross, 14 ans, réclame justice pour la mort de son père, abattu de sang-froid pour deux pièces d’or par le lâche Tom Chaney. L’assassin s’est réfugié en territoire indien.

Pour le retrouver et le faire pendre, Mattie engage Rooster Cogburn, un U.S. Marshal alcoolique. Mais Chaney est déjà recherché par LaBoeuf, un Texas Ranger qui veut le capturer contre une belle récompense.

Ayant la même cible, les voilà rivaux dans la traque. Tenace et obstiné, chacun des trois protagonistes possède sa propre motivation et n’obéit qu’à son code d’honneur. Ce trio improbable chevauche désormais vers ce qui fait l’étoffe des légendes : la brutalité et la ruse, le courage et les désillusions, la persévérance et l’amour…

Les frères Cohen s’attaquent ici au remake du film de 1969  « 100 dollars pour un sherif » réalisé par Henry Hathaway qui valut l’Oscar du meilleur acteur à John Wayne pour le rôle du Marshal Cogburn. Les remake sont souvent inférieurs à leurs modèles, mais là, on peut dire que l’opus ne fait pas d’ombre à l’original tout en le dépoussiérant sacrément, et permettant aux frères Cohen de revenir enfin au niveau qui a fait leur gloire.

Pour ce faire, tous les codes sont repris, depuis les plans filmés avec la lumière caractéristique, aux villes, saloons, en passant par les grands espaces, les chevauchées remarquables, les personnages hauts en couleurs et d’affreux méchants. Y aurait-il en philigrane une critique des réalisateurs concernant la justice expéditive et discriminante ? On serait tenté de le croire au vu de la séquence mettant en scène la pendaison de trois condamnés et au cours de laquelle les deux premiers peuvent s’exprimer avant de mourir, mais le dernier, indien, n’y a pas le droit et on lui met vivement la cagoule. Au reste, le marshal – qui descend plus souvent qu’à son tour – et le texas ranger ne sont pas non plus des modèles de vertu mais on pourrait arguer « c’est la dûre loi du far west.

Enfin, et le plus important, le casting qui contribue pas mal à la réussite : le choix porté sur Jeff Bridges pour le rôle de Cogburn est sans faute, de même que pour Matt Damon et Josh Brolin – qui avait déjà collaboré avec les réalisateurs. Cependant, la star du film, c’est la toute jeune Hailee Steinfeld – pas encore 14 ans – choisie pour interpréter Mattie : bluffante avec ses faux airs de calamity Jane en devenir, c’est elle qui crée la dynamique de l’action par son interprétation « gonflée » et met quasiment en arrière plan les autres acteurs.

Bref vous l’aurez compris, un bon vieux western comme on aime, c’est le pari réussi des frères Cohen et on y adhère.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s