LE HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU


USA/NZ  (2012) – Durée :  2h 45min

Réalisateur : Peter Jackson

Avec :   Ian McKellen (Gandalf), Martin Freeman (Bilbon Saquet), Richard Armitage (Thorin Ecu-de-Chêne), plus

Genre : Fantastique , Aventure

affiche bilbon

 

BILBON ET GANDALF

Synopsis : Dans UN VOYAGE INATTENDU, Bilbon Sacquet cherche à reprendre le Royaume perdu des Nains d’Erebor, conquis par le redoutable dragon Smaug. Alors qu’il croise par hasard la route du magicien Gandalf le Gris, Bilbon rejoint une bande de 13 nains dont le chef n’est autre que le légendaire guerrier et prince héritier d’Erebor : Thorin Écu-de-Chêne.
thorin ecu de chene
Leur périple les conduit au cœur du Pays Sauvage, où ils devront affronter des Gobelins, des Orques, des Ouargues meurtriers, des Araignées géantes, des Métamorphes et des Sorciers.

Bien qu’ils se destinent à mettre le cap sur l’Est et les terres désertiques du Mont Solitaire, ils doivent d’abord échapper aux tunnels des Gobelins, où Bilbon rencontre la créature qui changera à jamais le cours de sa vie : Gollum.

Le modeste Bilbon Sacquet non seulement se surprend à faire preuve d’un courage et d’une intelligence inattendus, mais parvient à mettre la main sur le « précieux » anneau de Gollum qui recèle des pouvoirs cachés… Ce simple anneau d’or est lié au sort de la Terre du Milieu, sans que Bilbon s’en doute encore…

******

Une décennie après la trilogie fleuve du seigneur des anneaux,  Peter Jackson rempile et nous propose une autre incursion dans l’univers Tolkiennien en adaptant « Le Hobbit » dans le cadre d’une autre trilogie. L’angoisse était de mise sachant que l’ouvrage de Tolkien fait à peine 400 pages.

Après les presque 12 heures de la première trilogie, on pouvait craindre ce premier volet de 2 heures 45  mais un choix judicieux et pertinent d’introduction propulse le spectateur à la veille du 111ème anniversaire de Bilbon (on retrouve  bien évidemment Ian Holm et Elijah Wood dans leurs rôles respectifs), une veille de fête fidèle au texte du Seigneur des Anneaux.

Puis, on se prend à savourer l’histoire tranquillement : pour ce faire, le réalisateur semble en effet s’être donné pour objectif de prendre son temps pour faire un ensemble fluide et cohérent, avec un ton plus léger mais pas exempt de gravité parfois, afin de trouver grâce auprès du plus grand nombre.

Essai transformé car on suit avec grand plaisir les aventures du « Hobbit » le plus célèbre de la littérature anglo-saxonne et de sa compagnie de nains au cours desquelles bien des embuches attendront les protagonistes, avec des moments d’émotions et des morceaux de sagesse, propres à l’écriture de Tolkien et à sa philosophie de la vie.

Il y aura bien évidemment une énorme mention à décerner à égalité entre Martin Freeman et à Richard Armitage qui crèvent littéralement l’écran en incarnant respectivement Bilbon et Thorin Ecu-de-Chêne, avec brio, force et émotion. Enfin, à revoir Elijah Wood interpréter le rôle de Frodon, on est définitivement persuadé qu’il était trop jeune lors de la première trilogie et que 10 ans plus tard, il aurait été parfait avec la maturité et la carrure de la trentaine venant.

Vous l’aurez compris, avec un visuel soigné, les plans de la Nouvelle-Zélande bien aimée du réalisateur  et une atmosphère plus  chaleureuse, dû à la manière de filmer, tout est réuni pour en faire un excellent moment à partager en famille.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s